La page pédagogique

 

                                                                         1- La banane elle-même

                     

          Il est fait mention de la banane pour la première fois dans des textes bouddhistes datant du 6ème Siècle avant J-C. En 327 av.J-C,

          Alexandre le Grand déguste sa première banane dans la vallée de l'Indus. Vers l'an 200 de notre ère, il est déjà fait mention en Chine

          de l'existence de bananeraies organisées, exploitées par les hommes. En 650 des conquérants islamistes importèrent des bananes en

          Palestine. Les marchands arabes les transportèrent à leur tour dans toute l'Afrique. En 1502 les portuguais amenèrent les premières

          bananeraies des îles Canaries vers les Caraîbes et l'Amérique centrale.

   LE BANANIER   

        D'origine asiatique, il est certainement arrivé aux Antilles en 1493. Plante géante de 3 à 8 mètres de hauteur, il affectionne un climat

         tropical et une pluviosité de 120  à 150 mm de pluie mensuelle.

         Bien que le bananier puisse atteindre une taille relativement grande (9 m), ce n'est pas un arbre. En effet, il ne forme pas un tronc

         ligneux. Le pseudo - tronc est en réalité formé par les pétioles des feuilles. Ceux-ci se recouvrent partiellement et constituent une

         structure portante, un "faux tronc". Les pétioles portent à leur extrémité un grand limbe allongé avec au centre une nervure médiane.

         Les feuilles peuvent atteindre 4 m de long et 1 m de large. La tige du bananier est très courte et entièrement souterraine.

         Elle apparaît sur un rhizome, qui produit régulièrement de nouvelles tiges. Le rhizome porte une masse importante de racines longues

         et fines, situées juste sous la surface du sol.

 

        Si vous êtes intéressé(e) par les étapes de sa culture, la terminologie courante employée et les transformations intervenant dans sa

        croissance, cliquer  sur le lien "culture"   ci-contre.                                    Culture

 

 

      

          Jeunes bananiers                  Les vitro-plants donnent des                    Beau régime                 Régime sous sachet de protection         

                                                                  bananiers sains et vigoureux                                                              et lien de repérage pour récolte                          

                                                                                                                                                                                        

                                                                                                      

    LA BANANE, FRUIT UNIVERSEL       

 

       

                   Les bananes consommées de nos jours appartiennent toutes au genre Musa, au sein duquel on distingue quatre sections 

         Rhodochlamys, Callimusa, Eumusa et Australimusa. Les deux premières contiennent essentiellement des variétés ornementales.

         La section Australimusa contient un certain nombre d'espèces sauvages, parfois cultivées pour leurs fibres (Musa textilis), et des

         variétés cultivées pour leurs fruits, les Fe'is, présents uniquement dans le Pacifique. La section Eumusa est quant à elle à l'origine

         de la majorité des bananiers cultivés pour leurs fruits dans le monde. On y retrouve des variétés sauvages, diploïdes et fertiles,

         des variétés ancestrales, également diploïdes mais assez fortement stériles pour que leurs fruits soient consommables (absence de

         graines dans les fruits), et de nombreuses variétés cultivées, triploïdes et stériles.

 
               Les formes sauvages Musa acuminata et Musa balbisiana, se rencontrent encore aujourd'hui dans une grande partie du

         Sud Est Asiatique, de l'Inde à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La sélection par l'homme a permis au fil des siècles de créer les

         variétés consommées de nos jours. Plusieurs équipes de recherche développent actuellement des programmes d'amélioration variétale

         du bananier à travers le monde, comme la Katholieke Universiteit de Leuve (Belgique), le Cirad aux Antilles françaises, l'Embrapa

         au Brésil, la FHIA au Honduras, le CARBAP au Cameroun et de nombreux autres organismes en Inde, au Viêt Nam, en Afrique...

         Selon les écoles, les stratégies d'amélioration sont variées, mais reposent toutes plus ou moins sur des biotechnologies modernes.

         Elles permettent de créer de nouvelles variétés plus résistantes aux parasites et ravageurs de cette culture.

 

         Le fruit du bananier n'est pas seul à être utilisé. Peuvent être consommés les pousses ou utilisés les troncs pour des barrages sur

         des cours d'eau, les feuilles en couverture de cases ou abris légers ou comme "assiettes", les fibres pour tresser chapeau et autres

         articles.

         Quant à la banane consommée en tant que fruit ou "légume", elle peut être séchée, fermentée et distillée, préparée flambée suivant

         la recette de renommée mondiale, utilisée pour la préparation de pâtisseries, confitures et punchs...tant de pratiques et de

         recherches ne débouchent pas sur une production et une commercialisation !

 

         Il en existe plus de mille variétés, pas toutes comestibles. Les plus connues sont la cavendish, la poyo, la freyssinette, la figue

         pomme, la banane rose et la plantain. Toutes sont riches en potassium, calcium, phosphore, fer, magnésium et vitamines A, B

         et C mais digestibles et légères en calories.

       

        En termes de valeur de production, les bananes et les bananes plantain se situent au 4e rang des plantes alimentaires d'importance

        au niveau mondial.

        Les bananes exportées sont placées au 4e rang des produits de base au niveau mondial et au 3e rang en tant que fruit (derrière

        l'orange et le raisin). 50 % de la production est assurée par un seul groupe de bananes cultivées appelé Cavendish

 

                           

        Patte de bananes dites dessert          Figues-pommes                   Bananes plantain          Pousses issues de la popotte

                                                                      

                                                                                          

                                                                            

                    Liens vers                  Lexique              Recettes                                                                            

 

       

       DU PLANT A L'ETAL

 

                  Suivant la latitude, l'exposition, l'ensoleillement et la pluviométrie, 8 à 10 mois vont s'écouler entre la plantation

                                              du bananier et sa vente sur les étals en Europe ou localement.

 

         LA RECOLTE à l'aide d'une machette,elle fait intervenir coupeurs et porteurs qui recueillent les régimes

       sur des plateaux matelassés et les déposent sur la remorque spécialisée ou le convoyeur aérien. Toutes ces

       opérations requièrent beaucoup de soins pour que les fruits restent intacts.

 

           

  Le coupeur associé au porteur              Le porteur se dirigeant vers la remorque                               Arrivée au hangar

                                                                            qui est chargée avec précaution

 

          PREPARATION puis DEPATTAGE consistent à retirer les styles et stigmates puis à détacher de la hampe les

       mains du régime puis à les fractionner pour obtenir des "bouquets"  de 4 à 7 fruits.

 

          

  Le dépistillage , opération  de patience et de concentration    Le régime subit                           Fruits écartés de

                                                                                                                         maintenant  le "dépattage"      l'exportation

                                                                                                                                            

 

         LE LAVAGE ou TREMPAGE. Cette opération va conditionner la conservation des fruits pendant le transport et

       leur aspect  à l'arrivée en mûrisserie.

       Les bouquets soigneusement tranchés sont immergés dans des bacs pour y être lavés, traités contre les

       champignons puis rincés et égouttés. 

 

        

   Bac de lavage en attente des    Découpe nette des bouquets    Lavage et découpe                   La 1°préparation des

    "pattes" de bananes                   et sans meurtrissures                  nécessitent  gestes précis      plateaux de pesée

                                                                                                  et attention

 

          LE CONDITIONNEMENT est aussi une étape importante constituée du tri, de la pesée, de l'emballage

       dans des cartons normalisés de 18.5 kg nets.

       Les fruits sont protégés par un film de polyane aéré et disposés sans compression.

       La palettisation suit, si le container frigorifique ouvert sur le hangar est chargé en fin de chaîne.

       Pour les petites exploitations un véhicule transporte les cartons vers le centre de regroupement des petites

       productions.

 

 

           

   Ajustement à 18.5 kg du poids       La mise en carton              Les cartons non formés      Mise en forme et collage se

   de chaque plateau futur carton.     réclame adresse et            attendent leur tour...         pratiquent pendant ce temps

                                                        logique de disposition.

 

          

    Fermeture d'un carton            Prêts pour la palettisation       Banane montagne issue de   La palettisation si importante

                                                                                                                       plantations d'altitude               pour une bonne tenue

                                                                                                                                             dans le container

 

         LA MISE EN CONTAINERS FRIGORIFIQUES Ils sont équipés de leur propre groupe de réfrigération afin de

      maintenir les fruits à une température constante jusqu'à l'arrivée en mûrisserie de l'autre coté de l'Atlantique.

      Elle se fait au centre d'empotage du groupement de planteurs, pour les petites quantités de cartons acheminées

      par les exploitants. Pour les autres, le container se présente contre l'aire de chargement du hangar et doit être

      chargé de ses 545 cartons palettisés pour un 20 pieds, dans les meilleurs délais pour limiter son immobilisation

      et permettre le chargement sur le porte-container en temps utile. Cette opération demande organisation et

      personnel en nombre suffisant. Une vingtaine d'ouvriers pour une bonne organisation de tous les postes de travail.

 

          

    Le container vide est            Les cartons pleins sont prêts    Ici, le convoyeur amène                   Départ du container

     en attente                                                                                       la palette à l'entrée du container.        vers le port

 

         LE TRANSPORT MARITIME est assuré par des cargos spécialisés  porte - containers où se fait le suivi de la

       réfrigération des containers assurant des rotations hebdomadaires entre les Antilles et la métropole.

         La régularité des départs et les conditions de température ( 12 à 14°) sont primordiales pour l'organisation

       mise en place par les planteurs et la qualité des fruits contrôlée dès l'arrivée.

 

             

Entrée du port de commerce      Notre container est soulevé      Il est déposé au sol ou        Un nouveau container vide

international ( ici Jarry - 97 1)        du plateau                                   sur un  autre container       va rejoindre l'exploitation

                                                                   du camion tracteur .             en attente de départ lui aussi

 

         

  Spectacle des énormes grues      Un cargo porte-container    La salle de contrôle                Arrivée en Europe après une

  de chargement des containers                                                          du navire                                    traversée de 7 à 8  jours env.

  sur les navires.

 

                                                    

                                 A Dunkerque, nos bananes sont déchargées puis dirigées vers les mûrisseries

                                                      où elles sont contrôlées avant la phase de mûrissage

 

         LE MÛRISSAGE. Arrivées encore vertes dans les ports de métropole après la traversée de l'Atlantique,

      la banane séjournera 4 à 6 jours en mûrisserie afin de remonter progressivement en température sous émission

      d'éthylène pendant que l'amidon se transforme en sucre et que la couleur jaune se substitue au vert d'origine.

                         

             

                          Ici, les bananes déchargées des navires, reprennent leur cycle de mûrissage et se préparent

                          à être acheminées vers les lieux de commercialisation. ( au centre un poste de contrôle).

 

         LA COMMERCIALISATION. Bien des jours se sont s'est déjà écoulés depuis la récolte. Les cartons sont alors

       acheminés par route ou rail vers les centres de vente ou de rediffusion. Les consommateurs vont pouvoir

       mettre dans leur chariot ou leur panier un fruit savoureux évocateur des tropiques, longtemps inabordable

       aux personnes d'origine modeste et dont ils ignorent le plus souvent le long cheminement qui a mobilisé tant 

       d'efforts et d'hommes et où tant d'intérêts sont en présence...

           Une petite partie de cette production a été écoulée sur le marché local, sous forme de poyos,

       bananes dessert, plantins , figues pommes mais l'avenir de la profession passe d'abord par l'exportation

       vers le marché européen.

 

 

       

                 

           

                               A.P                                                                  A.P                                                                                   

          

                                                    Merci à Armande pour avoir pris ces photos dans des supermarchés de l'hexagone.

 

                                                                    

                                                                                                   

                                                                                2- Les vitro-plants         

                                                                                    

 

                     Pourquoi les Vitro.plants ?

             Saison cyclonique1995. Les ouragans Iris, Luis et Marilyn détruisent la quasi-totalité de la bananeraie guadeloupéenne.

             1995, c'est encore l'espoir de l'OCM. 

             Une forte demande de V.P, dans l'urgence, sensibilisera les planteurs dont la plupart n'en tirent pas encore le profit attendu

                  par méconnaissance des conditions que les V.P réclament. C'est avec le temps que vont être maîtrisés les avantages

                  des V.P et  les règles à respecter.

         -  Avantages agronomiques et économiques car moins coûteux que le plant traditionnel (la baïonnette). Le cycle est plus court.

         -  Amélioration des rendements par la croissance plus rapide. La monoculture intensive et l'accumulation de parasites et

                  ravageurs du système  racinaire font inexorablement chuter le rendement et la qualité.

         -  Diminution des traitements nématicides reportés de 12 à 18 mois si le sol a été mis en jachère pendant 12 mois minimum

                  ou soumis à rotations de cultures.

 

                                                            

                 

                  Les ennemis des bananiers :

         -  Charançons noirs du bananier(cosmopolites sordidus -coléoptère). Sévit en toutes zônes. C'est la larve qui cause les dégâts.

         -  Nématodes : Vers ronds de taille microscopique : Radopholus similis, Hélicotylenchus multicintus, Méloïdingine) provoquant

                      des nécroses  racinaires.

         -  Champignons : Cercosporiose jaune. Traitée par voie aérienne; moins virulente que la cercosporiose noire absente de

                      Guadeloupe  pour le moment mais la menace se précise....

                                    Cylindrocadium..

         -  Insectes :  Thrips - 1 à 2 mm de long, 50 à 60 espèces en Guadeloupe.(Thrips de la fleur, de la rouille et de la rouille

                      argentée (occasionnée par

                   Hercinothrips - Fémoralis Reuter -. Peu de solutions hormis pose des gaînes en temps opportun ).

         - Acariens  :   Araignées rouges.

         - Virus :  Mosaïque ou chlorise infectieuse. Mais aussi et moins répandus ou moins ravageurs... secondaires et ponctuels

         - Bactériose : bactérie se développant en cas d'excès d'eau. Pseudomonas solanacearum) peuvent attaquer le tronc

                      et les fruits.  Si on constate cette maladie, il y a seulement une solution : abattre la plante et la brûler.

         - Fusarioses : dues à des champignons.

         - Escargots et rats.

                                                   Les laboratoires spécialisés connus de tous sont ceux du CIRAD-FLHOR de GESTON ou de l'INRA.

 

             

                                          

 

                                                            

 

                                                             

 

                Origine et élaboration des vitro-plants:

          Les premiers essais de vitro-plants (V.P) ont eu lieu en Guadeloupe en 1990. A l'époque, trois pépinières fournissaient

          les V.P aux planteurs intéressés.

          Les Jardins de Courcelles à Sainte-Anne avec pour fournisseur de méristèmes les laboratoires VIROPIC de Montpellier

          ( 40.000 V.P en 2005), Guadeloupe-vitro au Lamentin (tous deux disparus aujourd'hui) et Meristem Antilles, seule pépinière

          productrice à ce jour, ont connu au début de leur production l'apparition inévitable de variants, plants mutants par rapport à

          la souche de départ. (sur les 150 00 V.P livrés en 1993, 30% avaient  muté principalement en nains, mosaïques like et

          déformés). Actuellement, les variétés les plus demandées sont WILLIAMS R80 et JAFFA.

                    Pas d'OGM interdits en Europe pour la banane mais des V.P issus de plants vierges de virus et nématodes de variétés

          sélectionnées et séparés  physiquement sur la souche mère.

          Leur résistance et leur vitalité sont dus à l'absence de tout ce qui sclérose les plants traditionnels. Les V.P sont sains mais

          demeurent sensibles  aux mêmes parasites et ravageurs que tout types de plants.

                  1° Stade : SEVRAGE

           Les micro-plants de 1 à 2 cm voyageant par avion dans des boites hermétiques à T° ambiante arrivent sur le site de la

           pépinière 2 jours après leur départ d'Israël.. Commence un sevrage de 5 à 6 semaines sous serre avec sas, température

           de 26 à 28° dans des alvéoles garnies de substrat neutre de Finlande additionné de tourbe et de pozzolane en quantités

           variables suivant les stades de croissance. 2 tris sont effectués. La fragilité des plants engendre des risques importants

           de mortalité dus au choc thermique, à l'excès d'eau ou de chaleur ou à un développement bactérien.

                  2° Stade : GROSSISSEMENT (ou acclimatation)

           Pendant 7 à 8 semaines, après avoir été transférés dans des pots définitifs destinés aux planteurs, les plants atteignant

           maintenant 15 à 20 cm de hauteur, sont  soumis à une irrigation durant 10 mn /jour. Fertilisants en quantité infinitésimale

           et irrigation sont pilotés par ordinateur.

                  Après quelques mois sur les exploitations

           On peut constater une émission racinaire importante par rapport aux plants traditionnels.(visible dès la livraison en pots).

                 On doit effectuer

                          - L'élimination des rejets entre la 10° et la 12° semaine car le pied-mère écrase les rejets en formation.

                          - L'élimination de la 2° série de rejets 3 à 4 semaines plus tard. ne laisser que le rejet de production du cycle.      

 

                                               

           

                                      

              

                                   

                 Si vous voulez en savoir encore plus sur bien des aspects de cette réalité à la fois technique et scientifique, et plus encore...alors cliquez sur :

 

                                                                               Plus avant dans la connaissance...

               

                          

                 Et les planteurs ?

      Ils rencontrent les difficultés dues au manque d'anticipation et de trésorerie mais aussi aux décisions de Bruxelles. Un petit nombre

      d'entre eux réussit à surmonter ces problèmes par une gestion responsable et anticipative, prévoyant dans leur trésorerie,

      indépendamment des subventions européennes à la replantation, de quoi pratiquer la jachère ou la poly-culture et leur participation

      financière propre à l'acquisition des V.P. Et quand les décisions d'aide à la replantation arrivent, ils oublient qu'un V.P réclame

      environ 20 semaines de délai si les produits des serres sont déjà attribués.

        La relance des plantations en décembre 2005, due à une confiance en partie revenue suite à la création du Groupement unique

        LES PLANTEURS DE GUADELOUPE, se traduit aussi par une demande non satisfaite car les commandes ont été passées

      dans l'urgence. Tino DAMBAS pratique quant à lui les rotations culturales et la jachère.

 

         

         

                 Méristem Antilles.

      La COPROBAN dont le gérant est actuellement Mr LACAZE, est constituée de 6 exploitations bananières d'une superficie de

      350 Ha et de la pépinière Méristem  Antilles située à Morne-à-l'eau. Mr JAIRO Marin, Ingénieur Agronome, est responsable de

      toutes les activités de la pépinière et Monsieur PERIANIN  J.Pierre, de la production sur le site et du suivi chez les planteurs.

      Aujourd'hui, la pépinière maintenant seul producteur de V.P en Guadeloupe, est en mesure de  répondre à la demande de tous les

      planteurs de Guadeloupe à condition  que les délais de commandes soient respectés. Méristem Antilles se fournit en méristèmes

      auprès des laboratoires RAHAN MARISTEM situés en Israël fournisseur en Martinique, Guadeloupe et divers pays d'Afrique.   

 

                                                                             

                Quelques chiffres...

      En 2001, 5750 Ha de bananiers représentent une production de 120 000T de bananes exportées.

      Depuis 2003, 550.000 V.P diffusés à raison de 2000 plants/Ha.( 3 fournisseurs confondus).

      Capacité actuelle de Méristèm Antilles : 550.000 à 600.000 V.P/an. soit 8 à 10.000 V.P/serre et 18.000 V.P livrés/semaine

      en période de  haute densité avec 1Ha sous serres.  Tino DAMBAS a pour projet en cours, 60 000 V.P pour 2006.

                En conclusion.

      La relance de la filière banane passe par notre obligation de qualité et de gestion mais aussi par

     les décisions des instances européennes.

     Qualité et rendement sont tributaires de l'usage des incontournables vitro-plants.

     Il s'avère qu'en la matière comme toujours, seule une gestion rigoureuse permettant la mise en

     jachère de parcelles, l'avance anticipée pour l'acquisition de vitro-plants et une recherche au

     quotidien de la qualité et de la productivité peut repousser le spectre de la cessation

     d'activité car la situation  actuelle n'est qu'une gestion de l'urgence pour sauvegarder

     un minimum de tonnage.

          

                                      Nous tenons à remercier Monsieur PERIANIN de Méristém Antilles pour sa disponibilité et ses apports techniques.

 

 

                 

                

                                 3 - Historique de la banane guadeloupéenne

 

      C'est en juillet 1920 que Maurice Fissier quitte le sol de la métropole pour se rendre en Guyane, via la Guadeloupe, en empruntant

     le paquebot LA NAVARRE. Il a pour projet la création d'une affaire d'import-export de bois guyanais et tout particulièrement du

     fameux bois de rose. Jean Galmot, député-maire de Cayenne, l'y attend pour appuyer son projet. Yvonne Fissier, née Bouygues

     et petite-fille Saint-Val, est basse-terrienne de naissance et quand le paquebot fait escale en Guadeloupe, elle retrouve avec

     émotion sa terre natale qu'elle va faire découvrir à son époux....c'est le coup de foudre et Maurice Tissier ne repartira

     pas pour la Guyane !

 

 

                                             

               

         A cette époque, c'est la canne à sucre qui est le pivot de l'économie coloniale des Antilles. Une quinzaine d'usines sucrières

     produisent en Guadeloupe, avec le rhum, des tonnages conséquents exportés vers la métropole. La crise est proche du fait de leur

     contingentement récent. Crise aussi pour le café, la vanille, le cacao et le roucou concurrencés (déjà !) par d'autres pays tropicaux

     qui avaient mis à profit la guerre de 14-18 pour industrialiser leurs productions..

         Maurice Fissier, tout en réprouvant l'abandon de ces cultures au profit de la seule canne, se battit avec détermination pour

     l'implantation de la banane afin de diversifier la production locale. En juillet 1921, il entame ses campagnes de communication

     ...dans les mairies, avec l'amicale complicité de Monseigneur Pierre Genoud et des prêtres évoquant l'intérêt de cette culture,

     en Martinique, où il se rendit aussi pour apporter la "bonne parole".

     Les politiciens de l'époque l'aidèrent à mettre en oeuvre ce projet : Gratien Candace et Achille René Boisneuf députés,

     Henri Béranger, sénateur, relayèrent l'enthousiasme et les arguments de Maurice Fissier.

        Dés la fin de 1920, les premières expéditions de régimes, sur des paquebots, furent expédiés avec succès vers Saint-Nazaire et

     Le Havre. Maurice Fissier se rendait compte que les tentatives avortées avant 1914 étaient dues au fait que les "figues-pommes"

     et "figues-sucrées", seules consommées crues localement à l' époque n'étaient pas adaptées au transport. La "poyo",

     plat du petit peuple, qualifiée dédaigneusement de "banane à cochons" par les plus nantis, s'avère après différentes tentatives,

     la plus adaptée aux traversées de 10 à 12 jours. Moqueries et quolibets pleuvent mais Maurice Fissier n'en n'a cure et l'envo

     des premières caisses produites à Saint-Claude et Matouba est un succès.

 

                                                          

     En 1922, M.F puis, en s'inspirant de ses convictions, les frères Cabre et les frères Lignières expédient 35 tonnes puis 515 t en

    1923 et 1000 t en 1925.

    En 1924? M.F loue à la colonie le fort Richepanse (actuel Delgrès)et y installe ses ateliers, entrepôts, magasins et hangars de travail.

    Déjà la Transat ( Compagnie Générale Transatlantique) et le gouvernement français subissant les pressions des exportateurs

    de Guinée, du Cameroun et des Canaries, n'apportent pas tout le soutien attendu à la production guadeloupéenne !

                             LES DURES EPREUVES ......

    12 septembre 1928. Le tristement célèbre cyclone ravage aussi les plantations. M.F directeur de la société "La Bana" avait oeuvré

    en métropole pour l'affrètement de deux navires spécialisés mais le désastre lui fait reporter le départ des navires pour la Guadeloupe,

    aggravant les charges de "La Bana".

      Pour y remédier, il les fait officiellement affecter provisoirement au transport vers la Guadeloupe exangue, de denrées de première

    nécessité et de matériaux de reconstruction. La Transat s'y oppose et Paris entérine malgré son accord initial ! Ce refus entraînera

    la faillite de "La Bana" et les espoirs des petits planteurs.

                   

 

      

 

     Une autre épreuve attend M.F, vieil et ardent mutualiste convaincu. Instigateur du Syndicat des Planteurs et Exportateurs, il avait

    souhaité que les petits planteurs reçoivent au départ des régimes, une avance d'un montant proche du prix de leurs envois et qu'ils

    soient ensuite associés aux bénéfices retirés après les mesures de sauvegarde promises par le gouvernement français. Opposition

    des gros planteurs qui sera à l'origine de la scission et de la constitution du Groupement Bananier de la Guadeloupe (GBG)

    représentant environ 60% de la production. M.F a contourné cet obstacle qu'il n'acceptait pas en créant

    la Société Fruitière Karukéenne en 1932, avec Mrs Moinac, Rateau et lui-même, société alliée au GBG permettant ainsi la juste

    répartition des bénéfices !

          Il deviendra alors la cible de toutes les attaques de la part de ceux qu'il avait dépossédés de leurs profits injustes...

       En 1934, le Conseil Général de la Guadeloupe adoptera à l'unanimité, une motion concernant le métropolitain d'origine

       " Maurice Fissier, le promoteur, le "Père de la banane", a bien mérité de la Guadeloupe..."

 

                                                            ....l'Histoire est un perpétuel recommencement !...

       

                                                                                       Cartes de Guadeloupe

                                       SCEA Changy - Dambas          Accueil       Fête de fin d'année 2006

                                                                               Haut de page

                                                              Dernière mise à jour le 02/08/2011 19:47:35